Les champs * sont obligatoires

Jacquot de Nantes

Jacques Demy | 1991 | France

Résumé du film

« Il était une fois un petit garçon élevé à Nantes dans un garage où tout le monde aimait chanter. C’était en 1939. Il avait huit ans, il aimait les marionnettes et les opérettes. Puis il a voulu faire du cinéma, mais son père lui a fait étudier la mécanique. » Agnès Varda, la réalisatrice, fait la chronique des jeunes années du cinéaste Jacques Demy et de son petit frère. La maman est coiffeuse, le papa, garagiste. Reine la petite voisine sait faire le grand écart. Jacquot n’a qu’une idée : le cinéma. En voir et en faire. Agnès Varda nous conte ainsi le temps qui passe jusqu’à l’adolescence : la guerre, l’arrivée fracassante de la « tante de Rio », le séjour chez le sabotier, la descente aux abris, les jeux, les premières amours, la première pellicule trouvée dans une décharge. Puis la première caméra, et le premier film. L’histoire d’une vocation : être un cinéaste. Tels les cailloux du petit Poucet, les extraits des films que Jacques Demy a tournés par la suite, jalonnent les souvenirs du Jacquot qu’il a été, au temps de Nantes, le temps de l’enfance.

Pourquoi ce film a été choisi

Par Sarah Génot de Benshi

Personne d’autre qu’Agnès Varda elle-même ne peut parler avec autant de force de son film Jacquot de Nantes, évocation par la femme de la vie du cinéaste Jacques Demy à partir de ses souvenirs d’enfance : Tout a commencé parce que Jacques était malade. Il restait beaucoup à la maison, dans un atelier. Il peignait la plupart du temps et il écrivait. Il m’a dit : « tu sais, c’est ça que j’ai le plus envie de faire, de raconter mon enfance ». Il écrivait ses mémoires. Et puis un jour, j’ai dit presque comme ça : « C’est vraiment une enfance intéressante, ça ferait un très beau film. » Et il a dit : « Fais-le ! » Ainsi Agnès Varda l’a fait. Un film poignant, drôle et poétique sur l’enfance de l’homme avec qui elle avait partagé sa vie et qui allait mourir. Il y a plusieurs films dans Jacquot de Nantes : un film en noir et blanc en hommage aux films des années 39 et 40, époque où Jacques Demy découvre le cinéma, qui raconte l’histoire du petit Jacquot de 9 ans à 19 ans, tourné le plus simplement possible (où tous les moments qui évoquent le monde du spectacle sont tournés en couleur). Il y a ensuite les scènes (en noir et blanc ou en couleur) des films de Jacques Demy directement inspirés des événements de son enfance. Et enfin il y a le film sur Jacques Demy en 1990 vivant les derniers mois de sa vie, dans la difficulté où il était de parcourir ce dernier chemin. « Je n’avais pas d’autres solutions, comme cinéaste, que de filmer de très près sa peau, son œil, ses cheveux comme un paysage, ses mains, ses tâches… » Et c’est ce qui est bouleversant : « Le film est avec Jacques malade, Jacques en train de mourir. Mais le film est en train de se faire, le film est un organisme vivant. » Le film est enfin un hommage vibrant à la ville de Nantes et aux paysages des bords de Loire.

Lire la suite
Textes issus de Benshi
Benshi est un site internet de recommandations de films de qualité adaptés aux enfants de 2 à 11 ans. Il encourage leur curiosité et accompagne toute la famille dans une découverte du cinéma adaptée et progressive. Retrouvez la fiche complète du film et bien plus encore sur benshi.fr

Carte postale numérique


Extrait vidéo