Les champs * sont obligatoires

Argent de poche (L’)

François Truffaut | 1976 | France

Résumé du film

François Truffaut et sa coscénariste, Suzanne Schiffmann, racontent en petits « épisodes » les aventures des élèves de monsieur Richet de de mademoiselle Petit et celles des autres enfants de la ville. Parmi eux, Julien Leclou, un « nouveau » dont la vie est particulièrement dure – Patrick, amoureux de madame Riffle la femme du coiffeur – Sylvie, la fille du commissaire qui ameute tout son immeuble après s’être enfermée dans l’appartement – les petits frères De Luca, qui ont tondu Richard Golfier pour lui piquer l’argent du coiffeur et s’acheter un compas etc. Quand on aura découvert combien Julien était mal traité, c’est l’instituteur qui dira aux enfants de très belles paroles sur le droit des enfants, sur ce que c’est que d’être malheureux... Et Martine et Patrick, dans un premier baiser, fermeront le film sur un moment de joie.

Pourquoi ce film a été choisi

Par Sarah Génot de Benshi,

L’enfance est un thème majeur dans l’oeuvre de François Truffaut. Son tout premier court métrage Les Mistons (1958) dressait déjà le portrait d’une enfance en bande, ou d’une bande d’enfants c’est au choix ! Dans son premier long métrage (manifeste d’une nouvelle vague de réalisateurs décidés à en finir avec le cinéma de papa et à filmer la jeunesse de son temps) Les 400 coups (1959) il évoquait son adolescence rebelle due à un manque d’affection parentale. En 1970 il se passionne pour l’histoire de Victor de l’Aveyron, enfant retrouvé à l’état sauvage dans la forêt et il s’attribue dans L’Enfant sauvage le rôle du docteur Itard, seul homme à croire à la possibilité d’une éducation pour cet enfant que tout le monde considère comme un animal. Enfin L’Argent de poche fait le portrait d’une enfance provinciale en 1976, à la veille du passage à l’école mixte. Après une série d’épisodes collectifs, bande d’enfants déambulant dans la ville de Thiers, découvrant avec joie ses premiers émois amoureux, et avec malice la faculté de manipuler ses parents, le film s’attache plus particulièrement à deux enfants, Patrick amoureux de la mère d’un de ses copains et qui connaîtra son premier amour en colonie à la fin du film, et Julien au destin plus tragique qui est un enfant battu. Dans les personnages d’adultes, l’instituteur Monsieur Richet interprété par Jean-François Stévenin (alors fidèle assistant mise en scène de Truffaut) est à la fois le porte-parole du réalisateur lors d’un discours vibrant sur le droit des enfants et la figure de l’homme devenant père, un père nouvelle génération, impliqué et bienveillant envers son bébé. Sous l’apparence de la légèreté, le film aborde des sujets chers à Truffaut : l’enfance maltraitée et la naissance du désir. Le projet était « un film sur les enfants », une succession d’épisodes qui couvrirait l’éventail complet de l’enfance, de la naissance à l’âge de douze ans. Un film drôle, émouvant, impertinent et libre.

Lire la suite
Textes issus de Benshi
Benshi est un site internet de recommandations de films de qualité adaptés aux enfants de 2 à 11 ans. Il encourage leur curiosité et accompagne toute la famille dans une découverte du cinéma adaptée et progressive. Retrouvez la fiche complète du film et bien plus encore sur benshi.fr

Carte postale numérique


Extrait vidéo

Bibliographie

Le Petit Nicolas (toute la série)
Le Petit Nicolas (toute la série)
De Sempé et Goscinny, Gallimard Jeunesse, à partir de 7 ans.
Savez-vous qui est le petit garçon le plus impertinent, le plus malin et le plus tendre aussi? À l’école ou en famille, il a souvent de bonnes idées et cela ne lui réussit pas toujours.
Le Garçon de toutes les couleurs
Le Garçon de toutes les couleurs
Martin Page, L’École des loisirs, 2007, à partir de 9 ans
Simon n’est pas un garçon comme les autres, son visage et son corps se couvrent chaque jour de nouvelles taches de couleurs. D’où provient cet étrange phénomène ? Clémence est bien décidée à percer son secret.
Dur de dur
Dur de dur
Agnès Desarthe, Véronique Deiss, 1992, L’École des loisirs, à partir de 9 ans
La première expérience de Sébastien, huit ans, en colonie de vacances. Un séjour mal vécu pour cet enfant solitaire, où le délicat Sébastien se sent incompris et rejeté. Il tentera alors de jouer les « durs de durs » pour se faire accepter.
La colo
La colo
Rémi Courgeon, Mango jeunesse, 2005, à partir de 8 ans
En grand format, voici les souvenirs de l’auteur-illustrateur qui, après avoir retrouver son journal de colo lorsqu’il avait neuf ans, se remémore ces années passées.
Poisson d’argent
Poisson d’argent
Sylvie Deshors , Rue du monde, 206, à partir de 9 ans
Le monde de la rue, tout simplement. Celui des enfants, livrés à eux-mêmes, découvrant très vite la violence, les rapports de force et la peur qui se glisse sournoisement dans tout le corps.
Pistolet-souvenir
Pistolet-souvenir
Claude Gutman, Pocket Jeunesse, 1985, à partir de 10 ans
Petit-Pierre a treize ans mais en paraît beaucoup moins. Sale, mal habillé, mauvais élève, il devient vite le bouc émissaire de la classe. Pourtant, un jour, il arrive à l’école avec le visage tuméfié. Julien décide de l’aider et découvre peu à peu la vie

Ailleurs

Un merveilleux site indépendant offrant une banque de données complètes sur le livre jeunesse. Une mine d’or pour piocher des idées par âge et par thème.
http://www.ricochet-jeunes.org/