Les champs * sont obligatoires

Nuit du chasseur (La)

Charles Laugthon | 1955 | Etats-Unis

Résumé du film

Cela se passe en 1930, en Ohio. C’est la crise. Les gens ont faim. Un homme, Ben Harper, est condamné à mort pour vol. Avant d’être arrêté, il confie à son fils John le secret de la cachette du butin.
Plus tard, un personnage inquiétant, tout de noir vêtu, le faux prêcheur Harry Powell, épouse Willa Harper, la mère de John et de la petite Pearl. Mais en réalité, Harry recherche l’argent dont il a appris la présence alors qu’il partageait la cellule de Ben. Quand Willa le démasque, il la supprime sans pitié. Puis il poursuit et persécute John et sa petite sœur Pearl (qui a promis à son frère de ne pas révéler le secret de leur père). Les petits arrivent à se sauver en barque le long du fleuve Ohio : ils vont trouver refuge chez Rachel, une courageuse vieille dame, qui a déjà recueilli un grand nombre d’enfants. Mais le prêcheur ne renonce pas pour autant...

Pourquoi ce film a été choisi

Par Laetitia Scherier de Benshi,

La Nuit du chasseur est avant tout un film sur l’enfance. John n’a pas encore dix ans mais il est contraint par les événements d’agir en adulte. Il sera prêt à tout pour honorer la promesse faite à son père : protéger sa petite sœur - qui représente la naïveté et l’innocence - et ne révéler à personne où se trouve l’argent. Le spectateur est d’ailleurs provisoirement tenu à l’écart du secret.

Le conflit entre le bien et le mal est au centre du film, comme l’a déclaré son réalisateur : « Notre thème comme celui du livre original se limite à l’épreuve des petits enfants qui doivent apprendre ceci : le mal a de multiples visages et la bonté surgit parfois où on l’attendait le moins. Nous n’avions pas cherché le symbole mais nous avons recréé un rêve ». Les enfants sont à la fois les victimes et les héros de ce conte noir. Mystérieux et inquiétant, le personnage interprété par Robert Mitchum fait figure d’ogre, en opposition totale avec Rachel Cooper, seule adulte responsable du film qui s’ apparente à Marraine la bonne fée. Le film fait également référence à de nombreuses reprises à la religion - en en mettant en avant les détournements - que ce soit au travers des personnages s’adressant à Dieu, du fanatisme d’Harry Powell, ou encore de la mise en scène. 

Les références esthétiques à l’expressionnisme allemand traversent magnifiquement le film et les éclairages laissent place à de larges parcelles d’obscurité dans l’image, qui sont caractéristiques du film noir. Le choix du noir et blanc par le réalisateur - alors qu’en 1955 on ne conçoit plus que rarement un film sans couleur - permet d’inscrire plus profondément le récit dans le passé et crée une distanciation des émotions, ce qui rend le film tout à fait accessible au jeune public.

Lire la suite
Textes issus de Benshi
Benshi est un site internet de recommandations de films de qualité adaptés aux enfants de 2 à 11 ans. Il encourage leur curiosité et accompagne toute la famille dans une découverte du cinéma adaptée et progressive. Retrouvez la fiche complète du film et bien plus encore sur benshi.fr

Extrait vidéo