Les champs * sont obligatoires

Prisonnière du désert (La)

John Ford | 1956 | Etats-Unis

Résumé du film

Surgissant à cheval du désert qui entoure le ranch de son frère Aaron, Ethan Edwards revient, trois ans après la guerre de Sécession. Aaron, Martha, leurs filles Lucy et Debbie, leur fils Ben et Martin, un jeune homme adopté, composent la famille Edwards. Le lendemain, Ethan et Martin partent aider les Jorgensen à retrouver du bétail volé. Pendant leur absence, les Comanches attaquent le ranch des Edwards, tuent Martha, Aaron et Ben, enlèvent Lucy (que l’on retrouvera plus tard, morte également) et la petite Debbie. Ce drame va être le point de départ d’une quête, longue de plusieurs années, que Ethan, accompagné par Martin, va mener, solitaire, pour retrouver Debbie. La vie continue cependant, avec ses joies et ses peines, entrecoupée parfois par des retours des deux searchers (« chercheurs »). Ethan et Martin finissent par retrouver Debbie, devenue une jeune fille. Elle est dans la tente du chef comanche Scarr qui l’avait enlevée. Du temps passe encore, avant que les deux hommes, aidés par le pasteur-soldat Clayton, investissent le camp indien. Auparavant, Martin, se sera glissé seul pour ramener Debbie, vivante. Ethan, qui disait préférer tuer sa nièce plutôt que de la savoir l’épouse d’un Indien, la ramène dans ses bras chez ses amis Jorgensen. Il la leur confie avant de repartir, solitaire, comme il était venu.

Pourquoi ce film a été choisi

Par Anne Charvin de Benshi,

La Prisonnière du désert est un western flamboyant et tragique, dont l’intense beauté est égale à sa féroce âpreté. Le titre original, The searchers, raconte bien mieux le film que le titre français puisqu’il met l’accent sur ceux qui cherchent plutôt que sur l’objet de cette quête. Après le massacre de toute sa famille par des Comanches, Ethan et son neveu, Martin, cherchent Debby, seule possible rescapée. Ils chevauchent, seuls, à travers l’immensité de l’Ouest américain, sous la chaleur écrasante, sous la neige qui recouvre les plaines. Ils ne cessent de chercher. Et ce durant plusieurs années. Le film de Ford est un film étonnant car s’il fait figure de classique dans le genre du western (il est d’ailleurs intéressant de noter que la plupart de l’imaginaire que nous avons de l’Ouest américain a été véhiculé par Ford lui-même), il y a en son sein plus qu’une aventure épique teintée d’humour. Le film est violent, âpre, dur, tout comme son personnage principal, Ethan, cow-boy vieillissant et taciturne, avide de vengeance, superbement interprété par John Wayne. Nous suivons le parcours de cet homme qui, revenu d’une guerre, ne sait plus comment trouver sa place dans le monde, ne sait pas comment pardonner, ne sait pas non plus comment revenir aux siens. Ford filme « la tempête sous le crâne d’Ethan »*, son entêtement, son mutisme, sa haine mais aussi son imperceptible changement. Car si la fin du film le voit s’éloigner (il a accompli sa tâche), et retourner au désert, c’est pourtant bien un autre homme que celui qui arrivait au début du film, conscient de ce qui se cache au plus profond de lui, et sans colère. Ethan a trouvé ce qu’il cherchait, Debby, sa nièce mais aussi, peut-être un peu plus que cela. Et la porte qui se ferme dans le superbe plan final laissera longtemps l’empreinte de sa mélancolie, celle d’un homme qui a traversé l’histoire et qui ne trouve plus sa place.

 

Lire la suite
Textes issus de Benshi
Benshi est un site internet de recommandations de films de qualité adaptés aux enfants de 2 à 11 ans. Il encourage leur curiosité et accompagne toute la famille dans une découverte du cinéma adaptée et progressive. Retrouvez la fiche complète du film et bien plus encore sur benshi.fr

Extrait vidéo

Bibliographie

Le Bandit au colt d’or
Le Bandit au colt d’or
Simon Roussin, Magnani, 2013, à partir de 8 ans.
Un western aussi cruel que flamboyant, servi par les superbes dessins au feutre de Simon Roussin. À découvrir absolument!
La Diligence (un épisode de Lucky Luke)
La Diligence (un épisode de Lucky Luke)
Morris et René Goscinny, Dargaud, 1968, à partir de 6 ans.
Un épisode de Lucky Luke directement inspiré de La Chevauchée fantastique de John Ford.
L’Indien dans la nuit blanche
L’Indien dans la nuit blanche
Didier Lévy et Laurent Corvaisier, Oskar Jeunesse, 2014, à partir de 6 ans.
Les relations entre cow boy et indiens rejoués par deux frères dans un bel album qui sait avec simplicité poser des questions sur le rapport à l’autre.