Les champs * sont obligatoires

Dirigeable volé (Le)

Karel Zeman | 1966 | République tchèque

Résumé du film

Prague, 1891. Le professeur Findeys présente à la Grande Exposition générale son invention révolutionnaire: un ballon dirigeable gonflé avec un gaz prétendument ininflammable. Sur la promesse d’un essai gratuit, cinq jeunes garçons (Jakoubek, Tomás, Petr, Pavel et Martin), prennent place à bord. Le vent emporte l’aéronef loin de la ville. Grisés par l’aventure, les jeunes passagers décident de faire le tour du monde. À Prague, la disparition du dirigeable fait sensation : le journal « L’Observateur » dépêche son reporter-photographe Ardan pour couvrir l’événement. L’invention de Findeys attire bientôt la convoitise d’un pays étranger qui lance ses aéronefs à la poursuite du dirigeable et confie à l’agent secret Gustav le Noir la mission de se procurer la formule du gaz ininflammable. Mais un orage au-dessus de l’océan provoque la chute du dirigeable qui s’écrase sur un rivage inconnu avant d’exploser. Sur l’île déserte, les cinq naufragés trouvent hospitalité dans le repaire secret du capitaine Nemo et décident de prendre deux ans de vacances « Sans école ! Sans parents ! Sans violon ». La nuit, Jakoubek lance une bouteille à la mer afin de rassurer ses parents sur son sort. Le message est intercepté et confié à l’agent Gustav le Noir qui le cède finalement à Ardan contre sa liberté. Le journaliste prend alors la tête d’une expédition de sauvetage. Sur l’île, les enfants construisent une machine volante à bord de laquelle Jakoubek s’envole. Ils découvrent alors la présence d’un voilier échoué sur le rivage. À son bord, une mutinerie a éclaté : le capitaine et son richissime passager, Monsieur Tenfield, ont été enfermés à fond de cale. Avec l’aide de Katka, la fille de Tenfield, les quatre garçons s’emparent du voilier et délivrent les prisonniers. Mais ils doivent encore repêcher le coffret contenant l’or de Tenfield, tombé à la mer. Entretemps, l’expédition de secours les a rejoints et les cinq naufragés sont fêtés en héros. Cependant, l’état-major de l’armée découvre que le dirigeable de Findeys était simplement gonflé à l’hydrogène. L’information filtre et « L’Observateur » lui consacre une édition spéciale. Ruiné et assiégé par ses actionnaires, Findeys prend la fuite. Un train conduit Findeys, Tenfield, Ardan, Renata, Katka, Gustav le noir et les cinq garçons vers de nouvelles aventures...

Pourquoi ce film a été choisi

Par Alice, de Benshi,

Ce film tchécoslovaque nous fait voyager, tant dans un décor imaginatif qu’à travers un scénario rocambolesque ; nous nous évadons tout d’abord à Prague, pour ensuite nous laisser porter par le vent vers une île déserte (mais quand même habitée par le capitaine Nemo !), sur laquelle nos jeunes héros projettent de passer des vacances : « Mes amis, on va prendre deux ans de vacances ! » « Sans école ! » « Sans parent ! » « Sans violon ! ». Les jeunes aventuriers sont intrépides et débrouillards, et nos jeunes spectateurs pourront s’identifier aisément à eux, grâce à la proximité de leurs âges. Ce film n’a rien d’un récit initiatique, opposant le monde des enfants, dans un imaginaire merveilleux, et celui des adultes, confrontés à la réalité, à travers le procès porté aux familles dont les enfants ont volé le dirigeable. L’innocence de Jakoubek et ses amis est mis en avant dans ce film, et la réalité de leur voyage pourrait être leur rêve éveillé.
Le réalisateur Karel Zeman s’est inspiré librement de plusieurs romans de Jules Verne, c’est pourquoi l’univers propre à l’épopée et à l’aventure est très présent. On voyage dans les airs, sur terre, sur la mer et même sous la mer (dans le Nautilus !). L’imaginaire vernien est omniprésent dans ce film, et on le constate aussi d’un point de vue esthétique.
Zeman est issu du monde de l’animation, c’est pourquoi il mêle ici deux techniques : la prise de vue continue et l’animation cohabitent pour le plus grand plaisir de nos yeux. C’est d’ailleurs pour la beauté de son univers que la presse a renommé Karel Zeman le « Méliès Tchèque ». Les décors artisanaux qui s’animent suivent la ligne graphique des gravures de Léon Benett et Edouard Riou qui illustrent les romans de Jules Verne aux éditions Hetzel. Le mélange des styles atteint donc la perfection, entre ancien et nouveau, imaginaire et réel, vrai et faux.
Envolez-vous  en dirigeable et laissez-vous submerger par la beauté du paysage, l’ingéniosité des images, et la poésie qui en découle !

Lire la suite
Textes issus de Benshi
Benshi est un site internet de recommandations de films de qualité adaptés aux enfants de 2 à 11 ans. Il encourage leur curiosité et accompagne toute la famille dans une découverte du cinéma adaptée et progressive. Retrouvez la fiche complète du film et bien plus encore sur benshi.fr

Extrait vidéo

Bibliographie

Max et les maximonstres
Max et les maximonstres
Maurice Sendak, L’école des loisirs, 1973, à partir de 5 ans.
Un enfant, puni, s’échappe en bateau et arrive sur une île peuplée par d’étranges créatures. Un classique de la littérature jeunesse à découvrir absolument.