Les champs * sont obligatoires

Passager (Le)

Abbas Kiarostami | 1974 | Iran

Résumé du film

Gassem, au grand désespoir de ses parents, et plus particulièrement de sa mère et de sa grand-mère, préfère passer son temps dans les rues à jouer au football avec ses copains d’école au lieu de rester à la maison faire ses « devoirs du soir ». L’enfant s’est mis dans la tête d’aller voir jouer à Téhéran l’équipe nationale de football. Pour cela, il lui faut de l’argent et Gassem, avec la complicité de son ami Akbar, est prêt à tout pour l’obtenir. Il vole ses parents, va jusqu’à escroquer ses camarades d’école (il leur fait payer leur photo qu’il prend avec un appareil hors d’usage) puis décide de vendre les accessoires de football de son équipe afin de réunir la somme. Fatigué par le trajet de nuit en autobus (il ne veut rien rater de son voyage), Gassem, après avoir acheté son billet au marché noir, décide, en attendant le match, de sortir faire un tour à l’extérieur du stade. Il se promène puis, mort de fatigue, s’endort sur une pelouse. Quand il se réveille, il court vers le stade. Malheureusement, les gradins sont déserts et le match qu’il rêvait tant de voir s’est définitivement envolé.

Pourquoi ce film a été choisi

Par Laetita Scherier de Benshi,

Le Passager nous dresse le portrait d’un enfant passionné, prêt à tout pour atteindre son but. Kiarostami parvient à saisir parfaitement la fougue et les paradoxes du monde de l’enfance, et à le représenter avec beaucoup de justesse, à travers ses envies, ses espoirs et ses rêves. Le match de football auquel rêve d’assister notre jeune héros n’est en réalité qu’un prétexte, le film n’étant en aucun cas réservé aux adeptes du ballon rond. L’important ici n’est pas ce qui nous attend au bout de la route, mais le chemin pour y parvenir.
Le réalisateur a également à cœur, au travers de ses films, d’illustrer un pan de la société iranienne ainsi que la complexité des rapports sociaux et familiaux. Dans chacune de ses relations, Gassem est confronté à des violences physiques et psychologiques. C’est pour cette raison qu’il affectionne la rue, lieu de découvertes et de liberté, où les règles des adultes sont absentes. Peu intéressé par l’école et encore moins par ses devoirs, Gassem ne montre aucune considération pour les règles qui lui sont imposées et les transgresse sans états d’âme. Mais bien que ses actes soient répréhensibles et présentés comme tels, le spectateur se prend d’affection pour lui et devient rapidement son complice. Le Passager est un film qui tente avant tout d’appréhender l’universalité de l’enfance, son opposition au monde et aux règles des adultes qui semblent parfois injustes car incomprises. Dans une certaine mesure, le film pose également la question de l’accomplissement du rêve chez l’adulte. Sommes-nous moins passionnés en grandissant, ou sommes-nous juste brimés par les conventions sociales ? C’est une des interrogations qui rendent aussi passionnants les films traitant de l’enfance pour toutes les générations.
La mise en scène très classique laisse au spectateur le temps de l’observation, et le choix du noir et blanc confère au film un réalisme poétique qui nous emporte dans un autre temps. Le passager est un film honnête et plein de charme qui ravira toute la famille.

Lire la suite
Textes issus de Benshi
Benshi est un site internet de recommandations de films de qualité adaptés aux enfants de 2 à 11 ans. Il encourage leur curiosité et accompagne toute la famille dans une découverte du cinéma adaptée et progressive. Retrouvez la fiche complète du film et bien plus encore sur benshi.fr

Extrait vidéo