Les champs * sont obligatoires

Contrebandiers de Moonfleet (Les)

| 1955 |

Résumé du film

En pleine nuit, le petit John Mohune arrive à Moonfleet : il veut rejoindre Jeremy

Fox, un ancien ami de sa mère, à qui celle-ci, en mourant, a décidé de le confier. Jeremy, aventurier débauché ne veut pas, tout d’abord, s’encombrer de l’enfant, mais celui-ci s’obstine à rester près de lui et a gain de cause...
Tombé par accident dans une crypte, John y trouve le médaillon de son ancêtre le cruel Barberousse et découvre que Jeremy n’est autre que le chef des contrebandiers. Fox défend John que les contrebandiers veulent tuer, puis, ensemble, l’homme et l’enfant découvrent le secret du médaillon et — au fond d’un puits — le diamant de Barberousse. Mais Jeremy Fox abandonne John et part avec Lord et Lady Ashwood, deux nobles qui veulent l’entraîner dans la piraterie. En chemin, il se ravise, mais Lord Ashwood, avant d’être tué par lui, le blesse mortellement; Jeremy rejoint alors John, lui confie le diamant, lui dit adieu et s’éloigne en mer... Plus tard, John laisse grand ouvert le portail des Mohune, car il attend le retour de son ami.

Pourquoi ce film a été choisi

Par Hélène Deschamps, de Benshi,

Moonfleet, le titre original, mystérieux et poétique, donne le ton, inspiré du romantisme anglais du XIXe siècle, et patine les images de ce récit initiatique, d’une profondeur mélancolique. Les décors et l’aventure rappellent Stevenson, l’enfant, au cœur de l’intrigue, le héros de L’île au trésor.
John Mohune/Jeremy Fox, un enfant, un adulte. L’enfant croit en l’homme. L’homme, abîmé par la vie, est plutôt désenchanté. Pourtant, l’enfant l’oblige à convoquer ses rêves de jeunesse, se rappeler l’amour fou qu’il partagea jadis avec sa mère. Une chanson douce ravive des blessures mal cicatrisées. L’homme se défend, rejette l’enfant et ses illusions perdues. Mais l’enfant s’entête et l’adulte, peu à peu, se prête au regard de l’enfant. Et l’homme, finalement, trouvera une paix intérieure, et choisira son camp, quitte à y trouver la mort.
Ainsi Moonfleet joue-t-il de ce double récit initiatique : l’enfant découvre le monde des adultes et l’adulte, sous influence, se redécouvre et se repositionne dans le monde.

Mais Moonfleet est aussi un film d’aventures, captivant et très impressionnant. Dès l’ouverture, le spectateur est saisi par l’atmosphère nocturne et inquiétante, de la lande et de Moonfleet, dont on découvre en tout premier lieu, et à travers le regard de John, le cimetière. Cimetière, dominé par cette statue surnaturelle d’un ange, aux ailes immenses et aux yeux blancs lumineux, qui semble dotée de pouvoirs magiques. Comme dans un conte, John Mohune devra affronter toute une série d’épreuves effrayantes pour accéder à la connaissance. Et la vérité est bien cachée : profondément, dans une crypte, dans un puits, et successivement, dans une série de boîtes : du cercueil au médaillon.

Moonfleet est un de ces films indispensables sur l’enfance, au même titre que Les 400 Coups(François Truffaut), La Nuit du chasseur (Charles Laughton) ou Zéro de conduite (Jean Vigo) tant « la puissance du sentiment et la noblesse de cœur de l’enfance » y explosent avec honnêteté. Un film qui reflète l’esprit de l’enfance, avec une rigueur morale exemplaire, le ton est juste, l’enfant est considéré avec grandeur, capable d’appréhender la complexité du monde, tout en y réagissant avec sa foi et son innocence.

Lire la suite
Textes issus de Benshi
Benshi est un site internet de recommandations de films de qualité adaptés aux enfants de 2 à 11 ans. Il encourage leur curiosité et accompagne toute la famille dans une découverte du cinéma adaptée et progressive. Retrouvez la fiche complète du film et bien plus encore sur benshi.fr

Carte postale numérique


Extrait vidéo