Les champs * sont obligatoires

Mon voisin Totoro

Hayao Miyazaki | 1988 | Japon

Résumé du film

C’est une histoire d’après-guerre, et d’avant l’invention de la télévision : située quelque part entre 1945 et 1955 au Japon. Pour se rapprocher de leur mère, en convalescence dans une maison de repos à la campagne, deux petites filles, Satsuki, quatre ans, et Mei, son aînée, s’installent avec leur père, sous le soleil de l’été, dans une maison en pleine nature au milieu des rizières. Le père part travailler la journée, et les fillettes découvrent un nouvel univers. La voisine : une vieille dame ; les « noiraudes » : à la fois esprits de la maison, insectes et illusions d’optique ; un garçon de leur âge : Kanta. Un soir sous la pluie, en attendant longuement leur père à un arrêt d’autobus perdu dans la nuit et au milieu des arbres, la grande soeur voit et communique avec un totoro qui grogne gentiment, un être fabuleux qu’elle pensait imaginaire parce que sa cadette l’avait découvert avant elle, endormi au fond d’un labyrinthe végétal, sous un camphrier géant.

C’est Totoro et le chat-bus, invisibles aux adultes, qui guériront les fillettes de l’absence de leur mère et des douleurs qui s’ensuivent : une fugue, les désespoirs et consolations provisoires des enfants. Le grand totoro leur aura aussi appris les gestes magiques qui font pousser les plantes, et aura rappelé au spectateur le bonheur d’entendre tomber la pluie sur sa tête.

Pourquoi ce film a été choisi

Par Florian Deleporte de Benshi

Mon voisin Totoro fait partie de ces films qui devraient être remboursés par la Sécurité Sociale, sans prendre cette affirmation dans le sens péjoratif usuel réservé aux films soporifiques : il s’agit juste ici de l’anti-dépresseur ultime. Le sourire de Totoro n’est pas communicatif, il est contagieux.
Un des tours de force du film est d’être totalement universel tout en étant intensément Japonais : tout dans la nouvelle maison des Kusakabe ou leur mode de vie nous rappelle le Japon, plutôt rural, et l’animisme Shinto et le bouddhisme habitent littéralement l’oeuvre du début à la fin. Les portes coulissent, on se déchausse à l’intérieur, des autels bordent les routes quand d’autres sont plus isolés au fond des bois... le quotidien côtoie le surnaturel dans un enchevêtrement organique et, pourtant, les personnages et les situations sont à tout instant préhensibles tant le cadre narratif reste simple et cohérent.
Ode à l’enfance, à l’imaginaire, à la nature, à la gentillesse et l’entraide, Mon voisin Totoro se joue des écueils qui pourraient le faire sombrer dans la guimauve simpliste des productions formatées. Une fort belle balade dans laquelle même le héros éponyme, esprit tutélaire de la forêt, quasi dieu sylvestre, n’est tout puissant que parce que, ne nous leurrons pas, il a le numéro de mobile du Chat-Bus.

Lire la suite
Textes issus de Benshi
Benshi est un site internet de recommandations de films de qualité adaptés aux enfants de 2 à 11 ans. Il encourage leur curiosité et accompagne toute la famille dans une découverte du cinéma adaptée et progressive. Retrouvez la fiche complète du film et bien plus encore sur benshi.fr

Carte postale numérique


Extrait vidéo