Les champs * sont obligatoires

Peau d’âne

Jacques Demy | 1970 | France

Résumé du film

Un Roi, devenu veuf pour respecter le serment qu’il avait fait à son épouse, ne peut se remarier qu’avec une femme plus belle que celle-ci. Or, la seule qui réponde à cette exigence est sa propre fille et il décide de l’épouser. Effrayée, la jeune Princesse demande assistance à sa marraine la fée.

Suivant ses conseils, la Princesse exige de son père trois robes impossibles à faire, mais il les fait réaliser. Elle lui demande, ensuite, la peau de son âne précieux qui défèque de l’or. Il y consent. La Princesse, déguisée en souillon et couverte de la peau de l’âne, se sauve alors dans une ferme. Un Prince passant par là, tombe amoureux d’elle. Il la reconnaîtra grâce à une bague que Peau d’Âne lui a fait parvenir dans un gâteau, et que – seule de toutes les prétendantes à la main du Prince, elle peut enfiler à son doigt...

Pourquoi ce film a été choisi

Par Jeanne Frommer de Benshi,

Peau d’Âne est une adaptation à la fois personnelle et intemporelle du fameux conte de Charles Perrault. Personnelle, car Jacques Demy la nourrit de ses références et de son propre univers. Depuis sa plus tendre enfance, il est passionné de contes de fées (il voit Peau d’Âne à un spectacle de marionnettes), bercé par La Belle et la Bête (qu’il regarde en boucle dans la période de préparation du film), film de Jean Cocteau, poète et réalisateur à qui il rend hommage dans le film en citant un de ses poèmes. Il s’approprie le conte et le module à sa guise, ajoutant la musique de Michel Legrand à la manière d’un dessin animé des studios Disney dans lequel l’héroïne chante l’amour et le trouve finalement (Demy a vu Blanche-Neige et les sept nains enfant, à sa sortie en salle). Michel Legrand, compagnon de création de Jacques Demy, qui signe ici sa sixième partition pour le réalisateur et qui réussit comme personne à sublimer le quotidien avec par exemple la Recette pour un cake d’amour en trouvant le merveilleux dans le trivial. On retrouve enfin l’influence du voyage de Demy aux États-Unis dans l’atmosphère psychédélique du film et de l’affiche. Mais l’adaptation est aussi intemporelle car Jacques Demy rejette l’inscription du conte dans une époque qui est traditionnellement assimilée au Moyen-âge. On trouve dans le film des éléments qui créent des anachronismes et proposent une rupture avec cette vision traditionnelle du conte : un téléphone, un hélicoptère… offrant un univers onirique et féerique. Les costumes participent à cet univers avec, par exemple, le choix de faire une famille royale en bleu et une en rouge, poussant le dispositif à l’extrême en peignant le visage des serviteurs et même les chevaux de la couleur correspondante. Notons comme autre trouvaille celle pour la robe couleur de temps : Jacques Demy avait eu l’idée de concevoir une robe faite dans le même tissu que les écrans de cinéma pour ensuite projeter dessus le ciel et les nuages donnant cet aspect incroyable à la robe. La magie du cinéma et la magie du conte ne font ici plus qu’une : la magie de l’illusion et du merveilleux.

Lire la suite
Textes issus de Benshi
Benshi est un site internet de recommandations de films de qualité adaptés aux enfants de 2 à 11 ans. Il encourage leur curiosité et accompagne toute la famille dans une découverte du cinéma adaptée et progressive. Retrouvez la fiche complète du film et bien plus encore sur benshi.fr

Carte postale numérique


Extrait vidéo