Les champs * sont obligatoires

Ponette

Jacques Doillon | 1996 | France

Résumé du film

Ponette a quatre ans. Sa mère est morte dans un accident de voiture où elle-même a été blessée. Elle se retrouve à l’hôpital, le bras cassé. Quand elle en sort, son père ne peut pas la garder avec lui car il travaille. Elle va aller vivre à la campagne, chez sa tante, avec ses cousins Mathias et Delphine. Même si elle sait que sa mère est morte, Ponette cherche un moyen de lui parler, de la faire revenir. Au début, elle reste seule, parle avec sa poupée Yoyotte et refuse de jouer avec ses cousins. Sa tante, croyante, lui dit que sa mère est au ciel, auprès de Dieu. Son père vient la voir de temps en temps et lui dit de ne pas écouter ces « histoires ».

À la rentrée, les trois cousins se retrouvent internes dans l’école d’un village voisin. Une petite fille autoritaire, Ada, fait passer à Ponette les « épreuves » qui lui permettraient de devenir une « enfant de Dieu » et de lui demander directement de faire revenir sa mère. Ponette désespère car ses prières restent sans réponse. Elle aime bien Mathias qui la défend contre les autres enfants de l’école et s’occupe d’elle.

Un matin, au petit jour, elle part toute seule au vieux cimetière. Là, sa mère lui apparaît, toute souriante, et lui demande de cesser de pleurer, et de profiter de la vie. Puis elle disparaît. Ponette redescend au village, portant le pull-over rouge que sa mère vient de lui confier. Ponette retrouve son père et lui annonce que sa mère est revenue pour lui demander « d’apprendre à être contente ».

Pourquoi ce film a été choisi

Par Sarah Génot de Benshi,

Ponette est un film hors norme. Expérience unique dans l’histoire du cinéma qui fait entièrement reposer un film extrêmement dialogué sur les épaules d’une enfant de quatre ans, présente à tous les plans, et de surcroît un film sur le deuil de la mère. Pari fou, pari réussi car Jacques Doillon a un don rare : celui de savoir filmer des enfants, c’est-à-dire filmer avec eux, les considérer à l’égal des adultes comme de véritables acteurs qui interprètent un rôle, qui travaillent pour cela. Il tourne Ponette après plus de vingt longs métrages dont un certain nombre consacrés à des personnages d’enfants et d’adolescents (Un sac de billes, Les Doigts dans la tête, Le Petit criminel, Le jeune Werther, La Drôlesse...). Il sait faire advenir la vérité des enfants et la filmer pour la mettre au service de son projet artistique.
Montrer Ponette à des enfants peut paraître délicat du fait de son thème : comment une enfant de 4 ans peut-elle faire le deuil de sa mère ? Ponette est avant tout un film sur la croyance et c’est ce point en particulier qui est « délicat », car aborder la religion est aussi vecteur d’inquiétude. Autour de Ponette, beaucoup d’adultes croient en un dieu, clairement chrétien. Ponette, elle, en quoi croit-elle ? Simplement dans le retour de sa mère. Elle attend. Elle a besoin de ce temps d’attente où elle cherche son propre chemin, avant de retourner dans la vie. Le film de Jacques Doillon est un conte, c’est ce qui le rend visible par les enfants, car il conserve une part de mystère dans laquelle chacun d’entre eux pourra y glisser son interprétation, sa propre croyance.
C’est de surcroît un film bienveillant. Bienveillant dans sa réalisation, Ponette a été tourné avec de très jeunes enfants (entre 4 et 7 ans) dans un respect absolu de ses jeunes acteurs (à voir sur ce point le magnifique film de Jeanne Crépeau Jouer Ponette, (Canada, 2006, 90 min)), et à partir d’un scénario constitué de dialogues entièrement composés à partir de la parole des enfants, recueillie lors du gigantesque travail de casting auquel le film à donné lieu. Ainsi Victoire Thivisol (prix d’interprétation polémique au festival de Venise (1996) pour son rôle de Ponette) s’adresse à Marie-Hélène Encrevé, psychologue présente sur le plateau tout au long du tournage, après la séquence du cimetière : « Tu ne t’inquiètes pas, c’est des larmes de film. »
Bienveillant aussi envers ses spectateurs, c’est-à-dire qui veut du bien à ses spectateurs au sens étymologique de ce qu’est le bien : qui possède une valeur morale, ce qui est juste et honnête.  Chacun a déjà ressenti ce sentiment de révolte et de déni face à la mort d’un être proche, ce sentiment de l’impossible, de l’indicible, de folie. « Arrête de faire ta folle » dit son père à Ponette, il la tire violemment par le bras pour l’arracher à son entêtement mutique à croire au retour de sa mère. Il sait qu’elle n’a besoin que d’une chose : trouver sa vérité. En restant vrai lui-même, il peut l’aider.
Ponette ne devrait donc pas être un film qui fait peur. Il est essentiel d’accompagner les enfants dans leurs questionnements sur la mort et la religion. L’art nous permet de le faire.

Lire la suite
Textes issus de Benshi
Benshi est un site internet de recommandations de films de qualité adaptés aux enfants de 2 à 11 ans. Il encourage leur curiosité et accompagne toute la famille dans une découverte du cinéma adaptée et progressive. Retrouvez la fiche complète du film et bien plus encore sur benshi.fr

Carte postale numérique


Extrait vidéo

Bibliographie

Au creux de la noisette
Au creux de la noisette
Muriel Mingau et Carmen Segovia, Milan, 2005.
Que se passe-t-il si la mort est emprisonnée dans une coquille de noix et ne peut plus faire son travail?
L’Ours et le chat sauvage
L’Ours et le chat sauvage
Kazumi Yumoto et Komako Sakaï, L’école des loisirs, 2009.
L’Ours croit qu’il restera inconsolable après la mort de son ami le petit oiseau...