Les champs * sont obligatoires

Ponyo sur la falaise

Hayao Miyazaki | 2008 | Japon

Résumé du film

Sous la mer, quelque chose de bizarre se passe, des méduses se promènent doucement… Mais une petite tête pointe du hublot d’un drôle de navire et se sauve : un bout de corps rouge frétillant à tête humaine, qui part vers la surface sur le dos d’une méduse.

Sauvée par un petit garçon, Sôsuke, qui l’adopte comme un poisson rouge sous le nom de Ponyo, la petite chose est reprise par son papa mécontent, qui l’enferme sous la mer avec ses petites sœurs. Mais Ponyo a léché du sang humain et son corps a commencé à changer complètement. Elle casse tout, ouvre tout, et provoque des vagues immenses en courant après Sôsuke.

Quand elle le rejoint sur terre, après cette colère de la mer, elle a la forme d’une petite fille de cinq ans. Lisa, la maman de Sôsuke, l’accueille dans sa maison sur la falaise, puis s’en va pour aider les vieilles dames de l’hospice où elle travaille.

Au matin, les deux enfants partent seuls en bateau magique dans le village inondé. La maman de Ponyo, immense déesse de la mer, calme le monde bouleversé, et on retrouve tous les disparus protégés par une grande bulle d’air sous les eaux. Ponyo devient une vraie petite fille, la Lune qui faisait monter les eaux reprend sa place et tout le monde est sauvé.

Pourquoi ce film a été choisi

Par Louis-Paul Desanges de Benshi,

S’inscrivant dans la veine de Mon voisin Totoro, Ponyo sur la falaise s’adresse aux plus jeunes spectateurs. Le film, qui multiplie les clins d’oeil à la mythologie européenne, est un conte universel : celui de la petite sirène. Mais Miyazaki y rajoute sa patte inimitable. A la qualité d’animation des personnages, des expressions, des attitudes, s’ajoute une féérie visuelle de tous les instants. Que ce soit sous l’eau – la danse des poissons dorés, les méduses – ou à la surface – le terrible raz de marée – le spectateur est émerveillé par le foisonnement et la vie que Miyazaki parvient à donner à la pellicule. Délaissant parfois l’histoire, le film procure régulièrement de vraies émotions esthétiques... Jusqu’à la dernière partie du film, où Sozuke et Ponyo partent à la recherche de Lisa dans une zone côtière entièrement submergée. Enfin, reprenant une idée qu’il avait explorée dans Le Château ambulant, Miyazaki joue avec les différents états de Ponyo de manière humoristique pour raconter sa transformation progressive... Un régal !

Lire la suite
Textes issus de Benshi
Benshi est un site internet de recommandations de films de qualité adaptés aux enfants de 2 à 11 ans. Il encourage leur curiosité et accompagne toute la famille dans une découverte du cinéma adaptée et progressive. Retrouvez la fiche complète du film et bien plus encore sur benshi.fr

Extrait vidéo

Bibliographie

La pêche à la sirène
La pêche à la sirène
Elzbieta, Rouergue, 2008, à partir de 5 ans
Le petit Fanch était venu au bord de la mer pour attraper une sirène. Ou peut-être seulement pour en voir une. Ou peut-être juste pour savoir si elles existent vraiment.
La Grande Vague
La Grande Vague
Véronique Massenot et Bruno Pilorget, L’Élan vert/Canopé, coll. Le pont des arts, à partir de 7 ans
Naoki est arrivé nouveau-né un jour d’hiver et de grand vent, déposé par une vague géante sur le bateau de Taro. Depuis, sept années ont passé : mais Naoki reste petit, tout petit. Doit-il, pour grandir, se tourner vers l’océan ?
La grand-mère qui sauva tout un royaume
La grand-mère qui sauva tout un royaume
Claire Laurens et Sandrine Thommen, Rue du Monde, coll. Papagayo, 2012, à partir de 8 ans
Un seigneur donne l’ordre d’aller abandonner les personnes âgées, qu’il les juge inutiles au pays, dans une montage. Mais il va vite regretter la sagesse des anciens...
Le livre de la mer
Le livre de la mer
Sylvie Baussier, Clément Devaux (ill.), Nathan, 2005, à partir de 8 ans
Depuis toujours, la mer offre à l’homme un visage changeant, qui le fascine et l’effraie tout autant. Impossible de décrire cette mer libre en quelques phrases ! Il faut la raconter...

Ailleurs