Les champs * sont obligatoires

Shaun le mouton, le film

Mark Burton, Richard Starzak | 2015 | Grande-Bretagne

Résumé du film

Shaun est un mouton très malin qui en a vraiment marre de la vie à la ferme. Il voudrait se reposer. Pour être tranquille, il invente un plan pour se débarrasser du fermier. Avec tous ses amis moutons, il l’enferme dans une vieille caravane, mais la caravane dégringole de la colline et fonce tout droit au milieu d’une grande ville. Shaun s’en veut terriblement de cette grosse bêtise et part en ville pour retrouver son maître et le ramener à la ferme. Comme Shaun est très malin, il arrive à prendre le bus tout seul et à passer inaperçu. Mais tous ses amis le rejoignent et il doit veiller à ce qu’ils ne se fassent pas repérer. La grande ville est pleine de dangers pour les moutons. Ils risquent de se faire attraper et emmener à la fourrière, une sorte de prison pour animaux abandonnés. Les moutons se déguisent donc en humains. En plus, le fermier a complètement perdu la mémoire. Il ne se souvient plus de rien, même pas de ses animaux ou de sa vie à la ferme.

Heureusement, avec l’aide de la petite chienne des villes Slip, et grâce à leurs idées et leurs inventions, ils arriveront tous à rentrer sains et saufs à la ferme.

Pourquoi ce film a été choisi

Shaun le mouton apparaît pour la première fois dans un épisode de Wallace et Gromit (Rasé de près) réalisé en 1995 par Nick Park et Peter Lord, deux des réalisateurs vedettes du studio Aardman. Le studio d’animation britannique, fondé en 1972, s’est spécialisé dans l’animation en pâte à modeler, il est devenu célèbre grâce à la production des courts et longs métrages de Wallace et Gromit, et de Chicken Run et à l’humour british qui caractérise ces productions, devenu l’une de ses marques de fabrique. C’est ensuite une série télévisée entière qui est consacrée à Shaun. Devenu un personnage adoré des jeunes enfants anglais, c’est très logiquement que ses producteurs lui font aujourd’hui les honneurs du grand écran.
On retrouve donc avec délectation le savoir-faire et l’esprit qui anime les productions du studio Aardman : un burlesque fin et intelligent mêlé à un questionnement critique de la société britannique ; et sur le plan technique, une animation de marionettes en pâte à modeler (silicone aujourd’hui) qui fait la part belle à la tendresse des personnages, et un montage enlevé qui rend le film trépidant.
On est dans une histoire burlesque classique, un stratagème qui dérape entraîne une cascade de gags : le fermier devient un coiffeur-star amnésique, Bitzer et Shaun se retrouvent à la fourrière, gardés par un psychopathe qui hait les animaux, le troupeau laineux doit affronter l’hostilité de la grande ville… L’absence totale de dialogues et de paroles intelligibles place le film dans la grande filiation du burlesque purement visuel, dans le sillon de Charlot ou Tati. L’esprit satirique se double d’une critique de la société britannique et de ses dérives : productivisme outrancier, maltraitance des animaux, immédiateté et futilité de la célébrité via la médiatisation et les réseaux sociaux…
Le résultat est jubilatoire : franchement drôle et franchement intelligent, et toujours très tendre !

Lire la suite
Textes issus de Benshi
Benshi est un site internet de recommandations de films de qualité adaptés aux enfants de 2 à 11 ans. Il encourage leur curiosité et accompagne toute la famille dans une découverte du cinéma adaptée et progressive. Retrouvez la fiche complète du film et bien plus encore sur benshi.fr

Carte postale numérique