Les champs * sont obligatoires

Wadjda

Haifaa Al-Mansour | 2012 | Arabie saoudite

Résumé du film

Dans une banlieue de Riyad, Wadjda, douze ans, vit avec sa mère. C’est une fillette dé- bordante d’énergie, vêtue de jeans et de Converses qui écoute du rock dans sa chambre et ne rêve que d’une chose : s’acheter le beau vélo vert afin de faire la course avec son ami Abdallah.

Mais en Arabie Saoudite, les bicyclettes sont réservées aux hommes: elles représentent une menace pour la vertu des jeunes filles. Wadjda se voit donc refuser par sa mère la somme nécessaire à cet achat. Déterminée à trouver l’argent par ses propres moyens, elle décide alors de participer au concours de récitation coranique organisé par sa Madrasa ( école), bien décidée à gagner la somme tant désirée !

Pourquoi ce film a été choisi

Par Jeanne Frommer de Benshi,

Wadjda fascine. Le film déjà mais la petite fille surtout. Cette enfant de douze ans, au seuil de la puberté et donc de devenir une femme, vit en Arabie Saoudite, un des pays du monde où les femmes sont le moins considérées. Malgré cela, Wadjda n’a qu’une envie, s’émanciper : de la religion, des règles sociales, de sa condition de femme. De sa tenue vestimentaire à son objectif - acheter un vélo -, elle tente de rompre avec les traditions, en se heurtant tour à tour à sa mère, à ses camarades et ses professeurs. Souvent d’ailleurs des femmes. Ces femmes adultes qui ont intégré cet ordre social comme normal, signe le plus représentatif de la violence symbolique à laquelle elles sont constamment soumises.
Wadjda, premier film réalisé par une femme saoudienne, est porteur d’espoir. Parce que Wadjda parvient à avoir son vélo, en prenant sa vie en main, en travaillant dur, et en étant acceptée par sa mère qui comprend elle-même qu’il est temps de remettre en question ces carcans et ce système patriarcal qui l’oppressent.
En proposant un récit classique et un traitement qui s’approche du documentaire, Haifaa Al-Mansour nous offre une image de la société saoudienne par le biais de la vision d’une enfant. Elle filme la ville, le quotidien, les relations interpersonnelles, avec simplicité. Wadjda c’est un peu elle et c’est un peu Waad Mohammed (la jeune fille qui joue Wadjda). Elle est un personnage qui représente toutes les petites filles qui veulent sortir des cases et prendre en main leur destin. Elle n’est pas un pur produit de l’imagination. Tout ceci donne au film une dimension authentique qui le rend d’autant plus touchant.

Lire la suite
Textes issus de Benshi
Benshi est un site internet de recommandations de films de qualité adaptés aux enfants de 2 à 11 ans. Il encourage leur curiosité et accompagne toute la famille dans une découverte du cinéma adaptée et progressive. Retrouvez la fiche complète du film et bien plus encore sur benshi.fr

Carte postale numérique


Extrait vidéo

Bibliographie

Le Tour de France sur mon beau vélo jaune
Le Tour de France sur mon beau vélo jaune
Bernard Chambaz, Zaü, Rue du monde, 2003, à partir de 10 ans
Gino et son cousin Fausto ont la chance de pouvoir suivre la mère de ce dernier qui, en sa qualité d’anthropologue, doit réaliser une enquête sur le Tour de France.