Les champs * sont obligatoires

1, 2, 3 Léon

Tali, Jean-Luc Gréco, Catherine Buffat, Christa Moesker, Pierre-Luc Granjon, Pascal Le Nôtre | | Canada, France, Pays-Bas

Résumé du film

Ce titre est le signal de départ de quatre aventures, nous prouvant la diversité de ton et de style qu’autorise le cinéma d’animation. Il y a du dessin animé au trait simple et efficace pour jeter un regard ironique sur le quotidien d’une maman, et provoquer un rire déculpabilisant sur la colère d’une gamine. Il y a aussi des marionnettes animées image par image dans deux styles très différents. D’une part, de quoi nous interroger sur notre comportement citoyen à l’intérieur d’un bus ; d’autre part, nous porter, adulte comme enfant, à réfléchir aux questions de l’adoption tout au long d’un conte merveilleux et drôle.

Chez madame Poule, nous découvrons deux enfants : le grand et le petit. Et, disons-le tout de suite, ces deux garçons n’ont pas spécialement l’intention d’aider leur mère dans toutes ses tâches ménagères. Non, ce qui les préoccupe le plus, c’est de pouvoir becqueter de quoi se nourrir ! Le père semble absent et madame Poule s’en tire comme elle peut, surtout lorsque lui arrive un troisième enfant...

La Bouche cousue nous raconte la mésaventure d’un pauvre gars qui monte dans un bus avec une part de pizza à la main. Mais un coup de frein inattendu du conducteur entraîne le repas sur le pouce directement sur la moquette du véhicule. Et nous, enfant ou adulte, qu’aurions-nous fait ? L’aurions-nous ramassée cette pizza ? Le passager qui nous raconte cette histoire a, par lâcheté sans doute, gardé ce jour-là la bouche fermée.

Sientje est sans doute une charmante enfant, mais pas ce jour où sa mère l’isole du reste de la famille le temps qu’elle nous pique une belle colère. Et regardons-là bien puisqu’elle nous ressemble un peu quand elle braille, tape des pieds et des poings, saute à pieds joints sur son nounours, étale sur le mur ses idées noires... et revient tout doucement à la gentillesse et à la bonne humeur !

L’Hiver de Léon se déroule dans le monde du Moyen Âge. On y découvre Boniface le raconteur d’histoire, un château et son village rassemblés autour d’un roi, et un enfant du nom de Léon qui s’interroge sur son adoption par un couple d’apiculteurs. Dans ce conte, on croise aussi un hérisson râleur, un éléphant trouillard, un ogre poilu, une jolie et intelligente princesse nommée Mélie Pain d’Épice et des abeilles complices.

Pourquoi ce film a été choisi

Par Michel Berjon des Fiches du Cinéma,

Depuis 1981, le studio Folimage, monté à Valence par Jacques-Rémy Girerd (La Prophétie des grenouilles), tient sa place dans le milieu difficile de l’animation, et garantit son indépendance en produisant et distribuant lui-même ses films (et parfois ceux des autres). Ce programme de courts construit autour de L’Hiver de Léon réunit ainsi des films canadiens, français et néerlandais. On avait déjà remarqué le très poétique Enfant sans bouche de Pierre-Luc Granjon dans Petit à petit.

Avec L’Hiver de Léon, aidé de Pascal Le Nôtre, il revisite sans mièvrerie l’univers du conte, dans un style inspiré des enluminures du Moyen Âge. L’animation en volume de ce film est composée de tableaux aux multiples décors, exploitant judicieusement les cadrages amples, les mouvements d’appareil et les effets de montage.Mais, au-delà de cette réussite formelle, L’Hiver de Léon est un conte tendre, une jolie histoire d’amour entre un ourson et une princesse, une histoire qui dit qu’il faut parfois suivre son instinct et désobéir.

Le thème des désaccords entre enfants et adultes, qui préoccupe les tout-petits, est au cœur des autres films : une maman poule face aux humeurs de ses poussins ; Sientje, la fillette colérique qui finit par retrouver sa maman en sautillant ; La Bouche cousue où l’on est témoin d’une scène étrange dans un bus. On retrouvera avec plaisir le royaume d’Escampette avec Léon, ses amis et l’inquiétant Boniface dans d’autres programmes : Le Printemps de Mélie dans 4, 5, 6 Mélie pain d’épice (2009), L’Été de Boniface dans 7, 8, 9 Boniface (2011) et enfin L’Automne de Pougne dans 10, 11, 12 Pougne le hérisson (2012), qui explique les origines du garçon à la tête d’ours.

Lire la suite
Textes issus des Fiches du Cinéma
Les Fiches du Cinéma chroniquent, depuis 1934, tous les films de long métrage qui sortent sur les écrans français. Retrouvez cette immense base de données patrimoniale sur fichesducinema.com

Carte postale numérique


Extrait vidéo

Bibliographie

Méchant petit prince
Méchant petit prince
Grégoire Solotareff, L’École des loisirs, 2013, à partir de 5 ans.
Ulysse est un petit prince aux drôles d’habitudes. Pour saluer ses parents, il les pince ou les mord. Des blagues qui ne font vraiment rire ni son père ni sa mère. Un vrai méchant tout juste bon à jeter aux écrevisses!
Le Temps des ours
Le Temps des ours
Rascal, L’École des loisirs, 2013, à partir de 5 ans.
« Je suis parti parce que plus personne ne m’aimait ». L’ours en peluche quitte la maison, et passe dans un monde nouveau, inconnu, peut-être dangereux, avec l’idée de trouver quelqu’un qui l’aime enfin...
N’y-a-t-il personne pour se mettre en colère?
N’y-a-t-il personne pour se mettre en colère?
Toon Tellegen et Marc Boutavant, Albin Michel jeunesse, 2013, à partir de 6 ans.
Au-delà des rires et de l’étonnement, Toon Tellegen nous offre une réflexion profonde à propos des émotions. Elles font partie de nous et valent bien d’être vécues. Elles se mélangent bien souvent et sont révélatrices des liens qui nous unissent.

Ailleurs

Un merveilleux site indépendant offrant une banque de données complètes sur le livre jeunesse. Une mine d’or pour piocher des idées par âge et par thème.
http://www.ricochet-jeunes.org/