Les champs * sont obligatoires

Jeux d’images

Norman McLaren | 1942 | Canada

Résumé du film

7 films de Norman McLaren

Opening Speech
À l’occasion du Festival international du film de Montréal, le cinéaste Norman McLaren tente de prononcer un discours de bienvenue, mais un micro récalcitrant l’en empêche.

Hen Hop
Une poule danse et se transforme au rythme d’une musique folklorique canadienne.

Caprice en couleurs
Trois variations cinétiques abstraites associées à une construction musicale jazz en trois mouvements.

Canon
Trois illustrations des principes de la forme musicale du canon: la première réalisée en animant des blocs de bois sur un damier, la seconde en animant des éléments découpés et la troisième en filmant séparément des acteurs pour ensuite les placer dans une même image à l’aide d’une tireuse optique.

Le Merle
Fantaisie visuelle illustrant une chanson traditionnelle québécoise racontant l’histoire absurde d’un merle qui perd une à une les différentes parties de son corps.

Blinkity Blank
Provoquant un étrange feu d’artifice, des formes lumineuses se livrent un combat amical évocant à la fois le jeu et le rituel amoureux des oiseaux.

Il était une chaise
Un jeune homme, qui voudrait bien s’asseoir pour lire un peu, est confronté à une chaise rébarbative. Ce n’est qu’après avoir établi avec elle une relation égalitaire et respectueuse qu’il parvient à ses fins.

Pourquoi ce film a été choisi

Par Alice Rabourdin de Benshi,

Dans le domaine du cinéma d’animation, Norman McLaren est un peu comme un maître ninja pour les animateurs. Il est pour beaucoup une inspiration sans limite. Et pour cause ! Norman McLaren est l’un des premiers à avoir considéré le cinéma d’animation comme un champ d’expérimentation et une création artisanale, dont les formes sont modifiables à souhait. Il touche à toutes les techniques d’animation, des plus traditionnelles (telles que l’image par image dessinée ou le papier découpé), aux moins utilisées (la pixilation, la peinture ou le grattage sur pellicule). Tel un artisan, il touche à tout, il expérimente divers outils pour animer des images, mais aussi des sons, qu’il crée parfois directement sur la pellicule.
La variété de ces techniques est ici illustrée dans cette sélection de courts métrages, qui donne à voir des esthétiques variées, et très intéressantes à mettre en relation, à comparer, ou tout simplement à admirer.

Souvent expérimental, son cinéma est d’abord à recevoir tel quel, sans se poser de question ; chose que les enfants, avec leur innocence, arrivent à faire sans problème. Les jeunes pourront donc découvrir le cinéma comme une expérience sensorielle. Même si certains de ces films ont quand même un scénario, comme par exemple l’illustration d’une chanson (Le Merle fait tomber sa patte, sa tête etc…), et mettent en scène des protagonistes, qui par leurs mouvements racontent une histoire, qui font rire par leur association avec une musique qui peut parfois rappeler celle des films muets.
La musique, vous l’aurez compris, tient une place importante dans les films de McLaren. C’est aussi l’occasion pour les enfants de découvrir différents genres musicaux, tels que la musique folklorique, le chant lyrique, le jazz, les chansons traditionnelles québécoises, ou ce qu’est un canon. Norman McLaren parle même de « son animé » pour parler de certains de ces courts métrages.

Le cinéma expérimental peut, au premier abord, faire un peu peur : il est souvent assimilé à une forme hostile, car souvent incomprise. Il faut au contraire se laisser aller, et accepter de ne pas tout comprendre pour apprécier ces petits films qui font sourire et même parfois rire. La simplicité scénaristique des films les rend extrêmement accessibles aux plus jeunes, et la grande variété visuelle permet de faire découvrir de nouvelles techniques d’animation aux plus grands.
Alors n’hésitez plus, et lancez-vous dans une toute nouvelle (mais ancienne) aventure visuelle et sonore !

Lire la suite
Textes issus de Benshi
Benshi est un site internet de recommandations de films de qualité adaptés aux enfants de 2 à 11 ans. Il encourage leur curiosité et accompagne toute la famille dans une découverte du cinéma adaptée et progressive. Retrouvez la fiche complète du film et bien plus encore sur benshi.fr

Carte postale numérique


Bibliographie

2 bleu
2 bleu
2 bleu, David A. Carter, Gallimard Jeunesse, 2006
Des formes en trois dimensions suggérant parfois des œuvres de Calder, d’autres fois des machineries ou de la végétation. Les formes, les couleurs, les matières sont ici particulièrement travaillées !
À vue d’œil
À vue d’œil
Jennifer Yerkes, Éditions Notari, 2014
La page de gauche présente une forme qu’il faut retrouver, mise en scène, sur la page de droite. Un album sans texte jouant avec les formes et les couleurs qui conviendra aux plus petits !
Comment Pok l’oiseau inventa les couleurs
Comment Pok l’oiseau inventa les couleurs
Alain Serres et Laurent Corvaisier, Rue du monde, 2011
Une nuit, l’oiseau Pok se mit à découper des morceaux du ciel pour peindre en noir ce pays trop blanc. Mais une fois le monde tout noir, il est aussi difficile d’avancer sans heurter quelque chose. Grâce à l’oiselle Pik, Pok découvre les autres couleurs.
Il était une chaise
Il était une chaise
Bruno Heitz, Editions Belize, 2007
Cette chaise ne supporte plus les fesses... Avec la complicité de sa copine la fourchette, elle décide de se venger.
Le Magicien des couleurs
Le Magicien des couleurs
Arnold Lobel, L’École des loisirs, 1974
Un magicien découvre un jour, au fond de sa marmite, une couleur qu’il appelle le bleu ! Encouragé par sa découverte et ses voisins que le bleu commençait à lasser, il crée ensuite le jaune, puis le rouge. Vient alors l’idée de mélanger les couleurs.
De toutes les couleurs !, les couleurs dans l’art
De toutes les couleurs !, les couleurs dans l’art
Béatrice Fontanel, Palette, 2013
Le ciel est bleu comme la mer, les nuages blancs, gris ou rosés, le forêts d’un vert profond ou mordorés à l’automne. Les peintres peuvent les représenter ainsi, mais ils peuvent aussi inventer un ciel vert, un soleil noir, une mer blanche...
Ho !
Ho !
Josse Goffin, Éditions Circonflexe, 2005
L’averse a réveillé l’enfant de sa sieste : vite maman rentre le linge, le chien se réfugie dans sa niche, le garçon sort dans le jardin, goûte la pluie, le chat s’endort… Rien que des petits bonheurs paisibles dans un graphisme qui évoque le pochoir.
Qu’est-ce que c’est ?
Qu’est-ce que c’est ?
Cécile Boyer, Albin Michel Jeunesse, 2015
Mais quelle est cette drôle de forme ? Placé seul au milieu d’une page blanche, cet objet non identifié n’évoque, a priori, pas grand-chose… Mais il suffit de le déplacer pour s’apercevoir qu’il est l’élément manquant d’une multitude d’autres objets !

Travaux d’élèves