Les champs * sont obligatoires

Tortue rouge (La)

Michaël Dudok de Wit | 2016 | France, Belgique, Japon

Résumé du film

Résumé

Un homme est jeté par une tempête sur une île déserte. Au milieu des crabes et des oiseaux, il tente de survivre.
Il construit bientôt un radeau. Mais sitôt sur l’eau, une force mystérieuse l’empêche de quitter l’île. À sa troisième tentative, il se retrouve face à une grosse tortue de mer rouge. Dotée d’une force incroyable, elle détruit à nouveau l’embarcation.
Peu après, la tortue arrive sur l’île à la suite du naufragé. Celui-ci, furieux, se précipite à sa rencontre, la frappe puis la retourne pour la laisser mourir sous le soleil brûlant.
Mais la nuit venue, la carapace de la tortue se fend et laisse place à une jeune femme à la longue chevelure rousse. L’homme et la femme se méfient d’abord, restent à distance l’un de l’autre, mais finissent par tomber amoureux. L’homme renonce alors à quitter l’île.
Un petit garçon naît. Il grandit, développant des dons de nageur et un lien magique avec trois tortues vertes. La vie se déroule paisiblement jusqu’à ce qu’un violent raz de marée vienne ravager l’île. L’homme, la femme et leur fils s’en sortent. Mais l’envie du jeune homme de découvrir le monde est ravivée. Il finit par quitter ses parents qui accueillent sa décision avec compréhension.
Les années passent. L’homme et la femme vieillissent et continuent de s’aimer, seuls et heureux sur l’île.
Une nuit, l’homme, devenu vieux, ferme les yeux et s’endort pour toujours. La femme, désormais seule, peut quitter l’île. Elle se transforme à nouveau en tortue et s’enfonce dans la mer.

Les personnages

Le naufragé
C’est le seul des trois personnages qui soit présent tout au long du film. On ne sait rien de lui lorsqu’il échoue sur l’île. Il est courageux et déterminé mais peut aussi être saisi de découragement, de colère ou de remords. Trouvant l’amour sur l’île, il y vieillira et y mourra, heureux.

La femme-tortue
Est-ce une femme ? Une tortue ? Les deux à la fois ? C’est en tout cas le personnage le plus mystérieux, qui apparaît comme par enchantement à la moitié du film, arrachant le naufragé à sa solitude. Courageuse, elle semble être de passage pour l’aider dans les épreuves et l’accompagner dans sa longue vie.

Le fils
On le découvre bébé, puis enfant, adolescent et jeune homme. Il est fort et agile, très attaché à ses parents. S’il ressemble à son père, il tient surtout de sa mère, partageant avec elle une origine probablement surnaturelle (il peut respirer sous l’eau, sait communiquer avec des tortues qui veillent sur lui). Il quittera l’île et ses parents pour partir à l’aventure.

Pourquoi ce film a été choisi

par Chloé Védrenne de Benshi,

Michael Dudok de Wit a réalisé peu de films mais, dès son troisième court métrage d’animation, Le Moine et le poisson, il obtient les faveurs de la critique. Le talent de ce cinéaste néerlandais est indéniable. Une plume à la main, il réalise de magnifiques dessins à l’encre de Chine sur des aquarelles. Dans ses courts métrages, son style épuré, proche des peintures chinoise et japonaise traditionnelles, se conjugue à des récits plein de sagesse et de malice. Avec La Tortue rouge, son premier long métrage, Michael Dudok de Wik poursuit sa réflexion philosophique mais en donnant cette fois-ci véritablement corps et âme à des personnages qui, jusqu’à présent, ressemblaient plus à des figures, des esquisses.

L’histoire de La tortue rouge est tout aussi simple et tient autant de la leçon de vie que celles de ses précédents films. Cependant, le format du long métrage a conduit le cinéaste à s’éloigner d’une forme d’abstraction, ce qui n’enlève heureusement rien à la portée symbolique et universelle de ce somptueux dessin animé. Si évolution il y a eu dans l’oeuvre de ce réalisateur, elle s’est faite sans aucune trahison, dans une réelle cohérence, à l’image des cycles de la vie dont il était déjà question dans Father and Daughter, autre court métrage de Michael Dudok de Wit. Ce respect profond pour la nature, ainsi que cette conception naturelle de la vie et de la mort qu’exprime le cinéaste néerlandais dans ses films sont présents, un peu de la même manière, dans ceux de Isao Takahata, en particulier dans Le conte de la princesse Kaguya. Les deux réalisateurs, admirateurs l’un de l’autre, s’étaient croisés à deux reprises il y a un peu plus d’une dizaine d’années. Ainsi la contribution du Studio Ghibli à l’un des films de Michael Dudok de Wit n’était qu’une question de temps. La tortue rouge a été produit entre autres par le célèbre studio japonais et, dans les scènes de bravoure, nous pouvons en effet penser reconnaître le style fougueux de Takahata.

Sans aucune parole et par le simple pouvoir du cinéma, Michael Dudok de Wit parvient à nous toucher en nous faisant ressentir, à travers le destin d’un homme, notre petitesse face à la nature mais aussi ce que la vie a de magique, d’incroyable.

Lire la suite
Textes issus de Benshi
Benshi est un site internet de recommandations de films de qualité adaptés aux enfants de 2 à 11 ans. Il encourage leur curiosité et accompagne toute la famille dans une découverte du cinéma adaptée et progressive. Retrouvez la fiche complète du film et bien plus encore sur benshi.fr

Carte postale numérique


Extrait vidéo

Bibliographie

Robinson Crusoé
Robinson Crusoé
Daniel Defoe, Flammarion jeunesse, 2014
Naufragé sur une île apparemment déserte, Robinson Crusoé va devoir trouver le moyen de survivre.
Deux ans de vacances
Deux ans de vacances
Jules Verne, Hachette Jeunesse, 2014
Quatorze garçons âgés de huit à quatorze ans échouent sur une île déserte du Pacifique. La vie s’organise mais des rivalités surgissent…
Le Mystère de l’île verte
Le Mystère de l’île verte
Enid Blyton, Hachette Jeunesse, 1975
Seuls dans une île mystérieuse ! Guy, ses deux soeurs Linette et Nicole, et leur camarade Jean pouvaient-ils imaginer des vacances plus passionnantes ?
Robinson couteau suisse
Robinson couteau suisse
Bruno Heitz, Mango Jeunesse, 2002
Dans un supermarché, en compagnie de son père, un petit garçon repère un gros couteau suisse. Il s’imagine seul sur une île déserte, affrontant vaillamment toutes les situations critiques grâce à son couteau.